Prochaines lectures pour le Comité Ado

 

Publicités

Galerie

Orphelins 88 – Sarah Cohen-Scali

orphelins88Orphelins 88, Sarah Cohen-Scali, Robert Laffont « R », 2018, 978-2-221-21885-3, 15.90 €
« Munich, Juillet 1945, un garçon erre parmi les décombres. Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D’où vient-il. Il n’en sait rien. Il a oublié jusqu’à son nom. Les Alliés le baptisent « Josh » et l’envoient dans un orphelinat où Ida, la directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l’aider à lever le voile de son amnésie. »

Sarah Cohen-Scali revient dans ce très bon roman historique sur une période un peu occultée de la deuxième guerre mondiale, celle de la fin de la guerre avec une famine qui sévissait dans la plupart des pays européens, et sur le sort des orphelins qui erraient en Europe de l’Est, notamment en Allemagne. Des instituts ont été mis en place pour les recueillir, les rétablir et essayer de retrouver des membres de leurs familles. C’est en recoupant des histoires véridiques que l’auteur a créé le personnage de Josh, en quête de son identité. Blond aux yeux bleus, il a été éduqué en Centre pour jeunes nazis mais… il porte au bras gauche le matricule des camps… « une erreur, il y a eu une erreur ». Pourtant, quand il est inconscient, il parle en polonais. Plus

Les nouvelles vies de Flora et Max – Martin Page

floraetmaxLes nouvelles vies de Flora et Max, Martin Page et Coline Pierré, École des Loisirs, 2018
« Les oiseaux rares ont besoin d’un refuge. Quand ils se sont connus, Flora et Max vivaient chacun dans une cage. Elle en prison et lui reclus dans sa chambre. Leur seul moyen de communiquer était de s’écrire des lettres. Aujourd’hui, ils sont tous les deux sortis et ils reviennent à la vie […] »

Les nouvelles vies de Flora et Max est la suite de La folle rencontre de Flora et Max. Comme ces personnages sont attachants ! Différents, luttant contre la peur que la vie-même et la société leur inspirent, Flora et Max unissent leurs forces pour protéger « leur » maison de retraite – refuge, d’un projet de centre commercial. Ici les relations humaines et le mal-être adolescent sont à l’honneur, et malgré les angoisses, le ton est résolument optimiste et plein d’humour, le rythme est soutenu. Ce roman se lit d’une traite et redonne le sourire. Au-delà du combat et de la question sociale, se dévoile peu à peu une jolie et délicate histoire d’amour. De nombreuses sujets propres à l’adolescence sont également abordés à petites touches : le sentiment de décalage, la recherche de soi, la difficulté à s’intégrer aux groupes, la conformité aux normes sociales. Un grand coup de cœur donc, comme souvent avec Martin Page (Je suis un dragon).

« Il n’y a pas de costume de mon futur moi qui m’attend quelque part, pas de modèle de celui que je serai. Il y a juste mes pas quotidiens qui tissent l’adulte que je suis en train de devenir. »
 » Si nous sommes proches, c’est sans doute parce que nous partageons le même sentiment d’inadéquation. »

Avis : à partir de 12 ans. ♥

Ma P.A.L. fin mars 2019

Bon, alors, le problème lorsqu’on est bibliothécaire, ce sont les plages au public… qui sont catastrophiques pour les Piles à lire ! Voici donc les trois petits derniers :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie

Les Marvels – Brian Selznick

20180418marvelsLes Marvels – Brian Selznick – Bayard – 2018 – 17,90 €

Comme Black out / Le musée des merveilles, ce roman graphique se déroule en deux temps. Brian Selznick a choisi le dessin au crayon pour retracer l’histoire des Marvels aux XVIII et XIXe siècles, puis le roman pour les années 1990. Joseph s’échappe de son pensionnat et part retrouver un oncle inconnu à Londres. La maison de ce dernier est entièrement aménagée autour de la vie des Marvels, célèbre famille de comédiens. Quel est donc la place de Jospeh dans cette saga familiale ?

Les dessins sont magnifiques et l’ambiance de la maison est gothique à souhait, et finalement ce qui importe, c’est justement l’histoire de cette singulière maison, inspirée de faits réels.

A partir de 12 ans. Avis : ♥

Le sourire étrange de l’homme poisson – Tom Avery

20180418sourireLe sourire étrange de l’homme poisson – Tom Avery – Seuil – 2018

Avec douceur et mélancolie, l’auteur déroule une histoire touchante dans une petite ville côtière anglaise. Jamie est le frère jumeau de Ned. Tous deux parcourent la côte à la recherche de trésors enfouis et découvrent une étrange petite créature, mi-homme mi-poisson. Peu à peu, elle se lie avec Ned et ce dernier s’éloigne de son frère. Des recoupements s’opèrent avec de vieilles histoires de sirène. Jamie fait contre mauvaise fortune bon cœur : cette créature vient certainement guérir Ned de la mucoviscidose.

Furtivement, délicatement, Tom Avery propose une nouvelle vision de l’Ankhou, emplie de poésie et de nostalgie. Un seul regret, la traduction mal venue du titre qui en anglais donnait tout son sens au livre « Not as we know it » (extrait de Star Treck).

A partir de 11 ans. Avis : +

 

 

 

Maresi – Maria Turtschaninoff

Maresi, Chroniques de l’Abbaye Écarlate – Maria Turtschaninoff – Rageot – 2017

Sur une île isolée et balayée 20171010maresipar les vents, s’abrite une communauté de sœurs, véritable abbaye qui recueille les filles et femmes maltraitées par les hommes ou fuyant la fureur du monde. Ici, nul homme ne peut poser le pied. Maresi, adolescente avide de connaissances et de liberté, s’y épanouit, emplie d’espoir. Mais, un jour, débarque Yaï qui va dangereusement bouleverser cet équilibre et cette paix.

Avec une écriture fluide et pleine de charme, ce roman dégage dans un premier temps une vraie sérénité, une ambiance apaisante, retraçant le quotidien des sœurs et le développement des jeunes esprits ; à partir de petites choses du quotidien, le lecteur s’attache à l’héroïne, pour se retrouver d’autant plus brutalement confronté aux violences faites aux femmes et à l’inégalité. Monde secondaire, fantasy ? L’intemporalité des propos renforce le témoignage féministe, la tranquillité initiale le rend encore plus crû. C’est une histoire de sang, écarlate, une douloureuse histoire de femmes…

A partir de 14 ans. Avis : ♥

 

Dans les branches – Emmanuelle Maisonneuve

dans les branchesDans les branches – Emmanuelle Maisonneuve – Editions Graine² – 2015
« Introverti et mal dans sa peau, Mo, 14 ans, ne vit que pour ses aventures dans Endof World, un MMORPG sur lequel il passe le plus clair de son temps. Mais un jour, alors qu’il s’est perdu dans les bois suite à une course d’orientation, il va se trouver poursuivi par une étrange créature. Persuadé que c’est un troll tout droit sorti de ses univers fantasques, Mo va partir à la recherche de la vérité. »

Malgré un début lent et, semble-t-il, poussif, malgré un héros véritable anti-héros geek et ado dans toute sa splendeur, la magie opère : univers fantastique ou horreur bien réelle, le lecteur ressort de cette histoire secoué et s’interroge. Passé les premiers chapitres, l’intrigue est telle qu’on ne la lâche plus, avide de découvrir le dénouement ! Cette ambiance très particulière aux frontières du fantastique rappelle le roman Celle qui sentait venir l’orage d’Yves Grevet. Une réussite à retrouver en bibliothèque.

A partir de 12 ans. Sélection Katulu 2017 (Médiathèque de Chatou).

Un océan, deux mers, trois continents – Wilfried N’Sondé

unoceanUn océan, deux mers, trois continents – Wilfried N’Sondé – Actes Sud, 2018

Dans ce roman d’aventure et de formation, Wilfried N’Sondé retrace la vie d’un Candide africain congolais du XVIème siècle, méconnu, Nsaku Ne Vunda, rebaptisé Dom Antonio Manuel lors de son ordination. Envoyé auprès du Pape afin de faire entendre la voix de son peuple réduit en esclavage (pratique contraire aux principes chrétiens enseignés dans les colonies), le jeune prêtre se retrouve finalement embarqué sur un navire négrier et dans le commerce triangulaire, qui le conduira de l’Afrique à l’Amérique avant d’accoster, après un bien long périple, en Europe. Avec une écriture d’une grande puissance et un style toujours en accord avec les épisodes évoqués, l’auteur nous interroge avec poésie et onirisme sur l’universalité du sacré et sur le sens de l’engagement religieux. Puis il nous confronte crûment à l’esclavage et aux conditions de vie des serfs et paysans de tous pays. Se déroule ainsi un récit d’une grande humanité, appelant à la tolérance et à la fraternité. Bouleversant.

 

Rouille – Floriane Soulas

ROUILEERouille, Floriane Soulas, Scrinéo, 2018

« Paris, 1897. De nouveaux matériaux découverts sur la Lune ont permis des avancées scientifiques extraordinaires. Mais tout le monde n’en profite pas ! En-dehors du Dôme qui protège le centre urbain riche et sophistiqué, le petit peuple survit tant bien que mal. C’est dans une maison close dans l’un de ces faubourgs malfamés qu’a échoué Violante, prostituée sans mémoire. Alors qu’elle se démène pour trouver son identité dans un monde dominé par les hommes et les puissants, sa meilleure amie disparaît dans d’atroces circonstances[…] »

Entre enquête à la Jack l’éventreur et ambiance glaçante Steampunk à la Frankenstein, l’intrigue se déroule doucement entre longueurs et actions… captivantes ! Ce roman se révèle original et assez glauque, sans scène cependant détaillée du milieu de la prostitution, contrairement aux descriptions de découpage de membres et autres joyeusetés. Les âmes sensibles s’abstiendront ! Les autres… dévoreront (euh, le terme n’est peut-être pas bienvenu).

Avis : A partir de 15 ans. Pourquoi pas ?

PS : Prix ActuSF de l’Uchronie 2018, sélection Grand Prix de l’Imaginaire 2019 et Prix Imaginales des Lycéens 2019

 

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :