Un aigle dans la neige, Michael Morpurgo

Un aigle dans la neige, Michael Morpurgo, Gallimard Jeunesse, 2016, 978-2-07-058908-1, 13,50 €

Alors qu’ils fuyaient Londres en train, pour échapper aux bombardements, Barney et sa mère se trouvent immobilisés dans un tunnel et plongés dans le noir. Pour les rassurer, un inconnu commence alors à témoigner de l’incroyable destin de son ami Billy, simple soldat le plus médaillé d’Angleterre.

Dans un style fluide et prenant, Michael Morpurgo poursuit son exploration des anecdotes de guerre et revient sur l’histoire véridique du soldat qui aurait pu empêcher la Seconde Guerre Mondiale. Il nous offre un joli et étonnant récit. A partir de 10 ans.

Publicités

En passant

De longues nuits d’été, Aharon Appelfeld

De longues nuits d’été, Aharon Appelfeld, Ecole des Loisirs, 2017, 978-2-211-23047-6, 15 €

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Michaël, jeune juif de 11 ans, est confié à Sergueï, le vieux soldat aveugle. Devenu Janek, il l’accompagne dans ses pérégrinations et suit sa formation : se rapprocher de Dieu, devenir fort pour lutter contre ses ennemis, être humble et droit, s’accepter et résister. Tout au long de leur vagabondage, Sergueï dispense des leçons de vie, guidant Janek vers l’autonomie.

Véritable témoignage sur l’âme juive (yiddish?) et empreint de religiosité, ce récit initiatique apaise par son rythme lent, lent comme le pas de la marche, lent comme le vagabondage, si dépaysant à notre époque hyperconnectée. Merci à Valérie Zenatti pour sa traduction soignée. Cependant, la religiosité et le caractère répétitif des conseils donnés m’ont laissée perplexe quant-à l’âge du lectorat visé. En effet, se dégage finalement une histoire au caractère suranné, rappelant les bons livres de chez Mame du début du XXème siècle. Autant Adam et Thomas était vu à hauteur d’enfant et portait un regard original sur la guerre, très intéressant, autant De longues nuits d’été semble en décalage avec le jeune lecteur actuel. Parole d’un lecteur de 14 ans : « C’est lent, il n’y a pas d’histoire, c’est juste un vagabondage ».

Je ne saurai donc dire quel sera son avenir hors prescription. Je l’ai néanmoins acquis pour la bibliothèque, en roman jeunesse, pour le témoignage décalé qu’il offre sur la Guerre Mondiale, dans le cadre des programmes au collège. Et il est… emprunté !  ♥

A partir de 12 ans. Avis : ♥

 

Très particulière Miss Peregrine

MISS-PEREGRINE-ET-LES-ENFANTS-PARTICULIERS_ouvrage_small_tabMiss Peregrine et les enfants particuliers, de Ransom Riggs aux éditions Bayard, 2012

Une jolie perle dont l’ambiance rappelle les nouvelles d’Edgar Allan Poe et l’imagerie, les films de Tim Burton.

Abe, le grand-père de Jacob, est un personnage bien étrange et fuyant qui raconte de drôles d’histoires à son petit-fils. Pour tous, il est seulement fantasque et traduit ainsi les traumatismes subis dans son enfance : pour échapper aux nazis, il a été envoyé dans un orphelinat sur une île galloise isolée, y retrouvant d’autres enfants… très particuliers. Il a ainsi conservé les photos de ces jeunes phénomènes, qui lévitent, abritent des abeilles dans leur corps ou ont une force surhumaine. Bref des X-children avant l’heure et un grand-père vraiment mythomane. Mais Abe meurt dans des circonstances étranges et Jacob réalise que toutes ses affabulations comportaient peut-être un fond de vérité. Qui est l’oiseau ? Qui est cette Miss Peregrine dont il a retrouvé la lettre dans les affaires d’Abe ? Un ancien amour ? Son grand-père menait-il en fait une double vie ? Une quête commence alors, pour reconstituer le puzzle. Il part explorer la fameuse île et l’orphelinat…

Ce roman vous happe dès les premières pages par son étrangeté et la construction très bien ficelée de l’intrigue, relayées par les anciennes photos en noir et blanc de phénomènes de cirque. Plus étonnant encore : malgré une focalisation interne, qui induit de nombreuses descriptions de l’état d’esprit dans lequel se trouve Jacob, le récit est percutant et son rythme très soutenu et entraînant. Enfin, en filigrane, se détachent la deuxième guerre mondiale et le nazisme, abordés de manière atypique. On s’interroge alors sur la normalité, la liberté, le prix de la sécurité et l’enfermement.MISS-PEREGRINE-ET-LES-ENFANTS-PARTICULIERS-T2-HOLLOW-CITY_ouvrage_large

Avis : ♥. A partir de 12 ans. Prix Katulu 2014 de la Médiathèque de Chatou.

La suite du roman, Hollow City, est parue en juin 2014. Réservée pour la PALU*.

Le roman a aussi fait l’objet d’une adaptation en roman graphique par Cassandra Jean chez Bd Kids, en novembre 2014. Je l’ai seulement feuilletée mais l’adaptation-même me pose problème car elle met des images et des dessins explicites là où l’auteur avait seulement esquissé le propos. A mon avis (très personnel), le roman graphique bride ici notre imagination.

Par contre, j’attends avec impatience l’adaptation cinématographique par Tim Burton. Elle doit sortir en 2016, avec Asa Butterfield (Hugo Cabret, La stratégie Ender) et Eva Green. Les univers des films de Tim Burton et du roman sont vraiment proches et le résultat risque de se révéler « particulièrement » intéressant.

*PALU = Pile des livres à lire d’urgence

La Voleuse de livres : film versus livre

voleuse dvdLa Voleuse de livres. Film de Brian Percival. 2h11min. Sophie Nélisse. Fév. 2014. Sortie en DVD juin 2014.

« L’histoire de Liesel, une jeune fille envoyée dans sa famille d’adoption allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle apprend à lire avec le soutien de sa nouvelle famille, et de Max, un réfugié Juif qu’ils cachent sous leurs escaliers. Pour Liesel et Max, le pouvoir des mots ainsi que leur propre imagination vont devenir leur seule échappatoire face à la guerre. »[1]

En résumé, de jolis décors et de gentils interprètes… bref, le souffle et l’originalité du roman de Markus Zusak sont réduits (soyons gentils aussi, ne disons pas en miettes) à une gentille histoire, un peu triste et scolaire, détaillant la vie difficile d’une petite allemande, de parents communistes, recueillie dans une nouvelle famille pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

Les nombreuses coupes dans le roman ont certainement conduit à cet affadissement bien-pensant. Ici, Liesel ne rejoint plus avec Trudy une troupe de chapardeurs « crève-la-dalle », les liens de voisinage disparaissent, ses relations avec la femme du maire ou avec Max sont simplifiées, les cauchemars traumatisants sur la mort de son petit frère sont occultés. Tout ce qui faisait la consistance des personnages, entre ombre et lumière, entre bien et mal, est amoindri, pour tendre vers un public rajeuni. Une déception donc.

voleuseA contrario, le roman, destiné aux adultes et ado, est remarquable par sa construction originale, son thème (le point de vue de la Mort et les difficultés des Allemands face au nazisme, la condition des jeunes allemands pendant la Deuxième Guerre Mondiale, l’amitié au-delà de tout, la révolte, l’acceptation) et sa densité.

La Voleuse de livres, Markus Zusak en Pocket. 2008.

Avis livre : ♥

[1] http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=204237.html [consulté le 15/05/2014]

Aharon Appelfeld – Adam et Thomas

adam Adam et Thomas d’Aharon Appelfeld à L’École des Loisirs. 2014. 150 p

Une jolie découverte chez EDL : un Médium illustré par Philippe Dumas ! Et en couleurs ! Comme quoi, il ne faut pas désespérer.

Adam et Thomas est un roman oscillant entre aventure robinsonne et vision onirique de la forêt. Le texte est fluide, l’écriture concise, et l’histoire émouvante parle d’amitié et de courage :  deux petits garçons juifs sont « abandonnés » par leurs mères dans la forêt, protectrice, nid, pour échapper au massacre des leurs par les nazis. Ils y survivent pendant des mois, avec débrouillardise et aides providentielles. Aharon Appelfeld revient ici sur sa propre histoire, dans une version consolatrice, lui conférant la dimension d’un conte philosophique et abordant finement des questions fondamentales : la vie, la mort, la foi, l’amitié malgré les différences (grâce aux?).

Les niveaux de lecture sont multiples, marque d’un bon livre. Il emportera les bons lecteurs dès le CM2 mais aussi les adultes par son optimisme, alors que l’on y perçoit les heures sombres de l’histoire. Un seul regret : les illustrations, même magnifiques à l’aquarelle, ne sont que des illustrations. Prochaine étape… le roman graphique ?

Entretien très intéressant avec l’auteur à l’adresse suivante : http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/catalogues/PlaquetteRepreAdamEtThomasBD.pdf

Avis : coup de cœur

%d blogueurs aiment cette page :