Ces jours qui disparaissent – Timothé Le Boucher

Ces jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher, Glénat, « 1000 feuilles », 2017, 978-2-344-01332-8, 22.50 €

Lubin Maréchal, jeune artiste évaporé, perd peu à peu du terrain face à sa deuxième personnalité, efficace et arriviste. Les heures puis les jours de sommeil s’enchaînent et sont autant d’occasions pour ce moi indésirable de transformer irrémédiablement sa vie. Quand reprendra-t-il le dessus ?

Cette BD qui aborde une thématique rarissime est poignante et angoissante à souhait. Véritable thriller, elle vous happe et vous ne la lâchez plus. Juste génial !

Publicités

En passant

L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

L’homme qui mit fin à l’histoire, Ken Liu, Le Bélial’, col. « Une heure lumière », 2016, ISBN 978-2-84344-909-3, 8.90 €

Deux scientifiques trouvent un procédé pour retourner dans le passé, en tant que simple observateur, à raison d’une visite unique et d’un visiteur à la fois par période. La bulle d’information devient ensuite inaccessible. Cette technique offre ainsi un outil de témoignage au service de la vérité, pour dénoncer les atrocités commises par les Japonais dans l’Unité 731 pendant la deuxième guerre mondiale… bouleversant les constructions historiques et les alliances contemporaines.

Sous forme documentaire, Ken Liu revisite de façon magistrale le voyage dans le temps. Sans complaisance, il met au grand jour les périodes sombres de l’histoire, en l’occurrence l’Unité 731, camps de la mort japonais. Quid dès lors des relations internationales reconstruites, des compromissions et des secrets d’Etat dévoilés ? Que devient l’Histoire, écrite par les vainqueurs, face à la vérité nue… ?

Celle qui sentait venir l’orage

celle qui sentaitCelle qui sentait venir l’orage d’Yves Grevet. Syros. 2015

Ce roman est venu habiter une nuit d’insomnie, avec bonheur. Thriller fantastico-historique très rythmé et angoissant, celle qui sentait venir l’orage est Frida, la fille d’un couple de criminels bestiaux, pendus haut et court. Frida ne reconnaît guère ses parents dans cette description. Mais on est en 1897, au nord-est de l’Italie, à ladite « Belle-Epoque », au coeur des théories scientifiques les plus loufoques et avérées de cette période. Que peut faire une jeune fille pauvre face à la vindicte populaire ? Frida fuit donc la folie des villageois et cherche refuge chez le docteur Grüber à Bologne. Et finalement, n’y-a-t-il pas un fond de vérité ? Frida est brune, poilue, différente, étrange. Fille de la bête ou cobaye, qu’est réellement Frida ? Glaçant et se lisant d’une traite, ce roman glisse du fantastique à l’enquête policière l’air de rien et tient le lecteur en haleine du début à la fin. Bravo. A partir de 13 ans.

Porcelaine

porcelainePorcelaine. Légende du Tigre et de la Tisseuse d’Estelle Faye chez Les Moutons électriques. 2013

Roman fantastique. La Chine des Trois royaumes. Xiao Chen, fils d’un fabricant de porcelaine, a heurté un dieu. Pour se venger, ce dernier lui donne un faciès de tigre et le condamne à parcourir les routes au sein d’une troupe de comédiens . Son coeur est de porcelaine fêlé. Après plusieurs siècles d’errance, il se décide à prendre pour épouse Li Mei, la belle tisseuse qui lui redonne goût à la vie. Mais, son amie d’enfance, Brume de Rivière, la fille-fée veille et, emportée par la jalousie, intrigue contre le couple amoureux.

Une fresque magnifique qui voyage sur plus de 15 siècles, de la Chine antique au XIXème siècle. Le ton est juste et rappelle les contes des Royaumes Combattants. On se laisse emporter. Avis : ♥

La vie des elfes

vieelfes La vie des elfes, par Muriel Barbery, chez Gallimard. 2015.

L’auteur de L’élégance du hérisson, (attendue au tournant! cf Nelly Kaprièlian sur Les Inrocks) s’essaie à la fantasy , dans un style complètement atypique et déconcertant. A une époque ressemblant à l’entre deux-guerres, l’histoire commence comme un roman de terroir, à l’écrit tarabiscoté et lourd, lourd comme le labeur des paysans, difficile, comme la vie de nos arrières-grands-mères, confus parfois comme peuvent l’être les contes. Orphelines recueillies, l’une dans un village italien, l’autre dans une ferme bourguignonne, Clara et Maria crapahutent plus ou moins librement dans les bois et vergers. Portées par la nature, décrite de façon dithyrambique, choyées et entourées d’un amour taiseux, elles grandissent en âge et apparemment en pouvoirs éthérés mystérieux, sans savoir que leurs destins s’entremêlent et qu’ils sont liés à la survie des elfes. Et, peu à peu, discrètement, le récit se pare de fantastique pour dévier vers la question, intrigante, de la vie des elfes.

Mais les amoureux de Tolkien seront déçus : l’épopée n’est pas l’élément central. Ce qui importe, ce sont les âmes, les liens sociaux, l’humanité et l’amour. Muriel Barbery comble donc les lecteurs lassés des stéréotypes de la fantasy, en donnant enfin une profondeur et du relief aux héros du genre et, si l’on se perd au début dans une narration ardue d’apparence paysanne et folklorique, c’est pour mieux être happé par l’intrigue et la découverte des personnages. A découvrir donc.

Je suis un dragon

9782221144947FS Je suis un dragon de Martin Page chez Robert Laffont. 2015.

Margot, jeune orpheline de 13 ans, est dotée de supers pouvoirs. Indestructible, elle est repérée par les services secrets américains et français et est enfermée à Paris puis éduquée pour faire le bien du monde. Mais est-ce une vie pour une adolescente ? Finalement, quels intérêts sert-elle ? Ne s’écarte-t-elle pas ainsi de l’humanité ?

Martin Page offre ici une écriture rythmée et un roman qui se lit d’une traite autour de la problématique adolescente, transposée sur une super-héroïne : comment trouver sa vraie place dans le monde, comment grandir à l’encontre des attentes des autres, comment simplement être.

Avis : ♥

Souvenir Master : Pierre Bottero et Le Chant du Troll

 01chant Le Chant du Troll de Pierre Bottero et Gilles Francescano chez Rageot. 2010. 191 p.

Souvenir de Master LJ. Premier essai critique sur une œuvre d’un de mes auteurs préférés, intergénérationnel : Pierre Bottero. Sur un thème particulièrement douloureux, en symbiose avec Gilles Francescano, il a composé ici un remarquable roman graphique, dans lequel images et textes s’entrelacent indissociablement.

Version 1. Approche thématique sur le motif du passage.

Le Chant du Troll apparaît comme la synthèse, et la quintessence de l’univers de Pierre Bottero et des questions qui l’animaient : Plus

Vite lu (4/4) Tant que nous sommes vivants

tantqueTant que nous sommes vivants d’Anne-Laure Bondoux chez Gallimard. 2014.le temps des miracles

Le genre de livres qu’on ne peut plus lâcher ! On retrouve ici l’ambiance floue et sombre très particulière déjà présente dans Le Temps des miracles. Dans un État plus ou moins totalitaire, lointainement en guerre, face à une machinerie sociale qui broie les individus et les rêves,  nous suivons Bo et Hama puis Tsell et Vigg, dans leurs errances qui constituent un magnifique voyage initiatique, au-delà de l’absence. La noirceur diffuse des cités ouvrières et des machines est illuminée par la présence des personnages. Finalement, les êtres humains sont les principales lumières du récit. Une œuvre très atypique, humaniste et indescriptible, qui nous happe.

Avis :♥♥♥

Vite lu (1/4) – La Voix de la meute

la voix de la meute La voix de la meute. Les remplaçants, de Gaia Guasti chez Thierry Magnier. 2014.

Mila, Tristan et Ludovic, 3 inséparables ados mordus par des chiens sauvages acculés, deviennent peu à peu des lycanthropes (loup-garou). Ce premier tome de la trilogie pose les jalons de l’histoire et explore les débuts de leur transformation. Le ton est enlevé et haletant, le récit est axé sur le registre de la fuite.

Après Liar de Justine Larbalestier et Instinct de Vincent Villeminot, et pour reprendre les termes de Laurent Bazin, voici de nouveau le « thème obsessionnel de la métamorphose » […] comme une tentative pour apprivoiser le fond d’animalité voire de sauvagerie inhérent à chaque individu […] en favorisant sur le mode symbolique la confrontation avec les parties les plus noires de la psychée.¹ »

En tant qu’adulte, je sature un peu mais La voix de la meute constitue cependant un honorable roman d’initiation, bien dérangeant et pour adolescents.

Avis : intéressant.

¹[Bazin Laurent, « L’adolescence au miroir de ses lectures : propédeutique de la fiction au service d’un sujet en mouvement » lors de la 1ère biennale de la littérature de jeunesse, 3 avril 2014].

 

Très particulière Miss Peregrine

MISS-PEREGRINE-ET-LES-ENFANTS-PARTICULIERS_ouvrage_small_tabMiss Peregrine et les enfants particuliers, de Ransom Riggs aux éditions Bayard, 2012

Une jolie perle dont l’ambiance rappelle les nouvelles d’Edgar Allan Poe et l’imagerie, les films de Tim Burton.

Abe, le grand-père de Jacob, est un personnage bien étrange et fuyant qui raconte de drôles d’histoires à son petit-fils. Pour tous, il est seulement fantasque et traduit ainsi les traumatismes subis dans son enfance : pour échapper aux nazis, il a été envoyé dans un orphelinat sur une île galloise isolée, y retrouvant d’autres enfants… très particuliers. Il a ainsi conservé les photos de ces jeunes phénomènes, qui lévitent, abritent des abeilles dans leur corps ou ont une force surhumaine. Bref des X-children avant l’heure et un grand-père vraiment mythomane. Mais Abe meurt dans des circonstances étranges et Jacob réalise que toutes ses affabulations comportaient peut-être un fond de vérité. Qui est l’oiseau ? Qui est cette Miss Peregrine dont il a retrouvé la lettre dans les affaires d’Abe ? Un ancien amour ? Son grand-père menait-il en fait une double vie ? Une quête commence alors, pour reconstituer le puzzle. Il part explorer la fameuse île et l’orphelinat…

Ce roman vous happe dès les premières pages par son étrangeté et la construction très bien ficelée de l’intrigue, relayées par les anciennes photos en noir et blanc de phénomènes de cirque. Plus étonnant encore : malgré une focalisation interne, qui induit de nombreuses descriptions de l’état d’esprit dans lequel se trouve Jacob, le récit est percutant et son rythme très soutenu et entraînant. Enfin, en filigrane, se détachent la deuxième guerre mondiale et le nazisme, abordés de manière atypique. On s’interroge alors sur la normalité, la liberté, le prix de la sécurité et l’enfermement.MISS-PEREGRINE-ET-LES-ENFANTS-PARTICULIERS-T2-HOLLOW-CITY_ouvrage_large

Avis : ♥. A partir de 12 ans. Prix Katulu 2014 de la Médiathèque de Chatou.

La suite du roman, Hollow City, est parue en juin 2014. Réservée pour la PALU*.

Le roman a aussi fait l’objet d’une adaptation en roman graphique par Cassandra Jean chez Bd Kids, en novembre 2014. Je l’ai seulement feuilletée mais l’adaptation-même me pose problème car elle met des images et des dessins explicites là où l’auteur avait seulement esquissé le propos. A mon avis (très personnel), le roman graphique bride ici notre imagination.

Par contre, j’attends avec impatience l’adaptation cinématographique par Tim Burton. Elle doit sortir en 2016, avec Asa Butterfield (Hugo Cabret, La stratégie Ender) et Eva Green. Les univers des films de Tim Burton et du roman sont vraiment proches et le résultat risque de se révéler « particulièrement » intéressant.

*PALU = Pile des livres à lire d’urgence

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :