Maresi – Maria Turtschaninoff

Maresi, Chroniques de l’Abbaye Écarlate – Maria Turtschaninoff – Rageot – 2017

Sur une île isolée et balayée 20171010maresipar les vents, s’abrite une communauté de sœurs, véritable abbaye qui recueille les filles et femmes maltraitées par les hommes ou fuyant la fureur du monde. Ici, nul homme ne peut poser le pied. Maresi, adolescente avide de connaissances et de liberté, s’y épanouit, emplie d’espoir. Mais, un jour, débarque Yaï qui va dangereusement bouleverser cet équilibre et cette paix.

Avec une écriture fluide et pleine de charme, ce roman dégage dans un premier temps une vraie sérénité, une ambiance apaisante, retraçant le quotidien des sœurs et le développement des jeunes esprits ; à partir de petites choses du quotidien, le lecteur s’attache à l’héroïne, pour se retrouver d’autant plus brutalement confronté aux violences faites aux femmes et à l’inégalité. Monde secondaire, fantasy ? L’intemporalité des propos renforce le témoignage féministe, la tranquillité initiale le rend encore plus crû. C’est une histoire de sang, écarlate, une douloureuse histoire de femmes…

A partir de 14 ans. Avis : ♥

 

Publicités

Coup de coeur : témoignages

certainesCertaines n’avaient jamais vu la mer de Julie OTSUKA, Paris, Phebus, 2012, 143 p

Ce roman (?) est une ode témoignant de la vie de Japonaises, exilées au début du XXème siècle aux Etats-Unis pour se marier à des inconnus aux courriers et photos enjôleurs. Tous leurs espoirs sont déçus et l’existence de rêve se révèle pour la plupart labeur et esclavage. Malgré les différences culturelles choquantes, elles s’adaptent mais cette vie péniblement construite est anéantie lorsque survient la Deuxième Guerre Mondiale. Suspectées d’aider l’ennemi, elles sont déportées avec leurs familles et tombent dans l’oubli.

Peu de témoignages subsistent de cette épopée. Julie Otsuka parvient à reconstruire le cheminement de ce groupe de femmes courageuses, en recourant à une énumération englobante et rythmée rappelant un chœur antique. Le livre, comme un souffle évanescent, se lit d’une traite.

%d blogueurs aiment cette page :